Accueil > La Vallée du Céou >

Castelnaud

 
 



Castelnaud la Chapelle, classé parmi"Les Plus beaux villages de France", dominant le confluent de la Dordogne et du Céou, caractérisé par sa disposition en terrasses que l'on gravit au grè des petites ruelles escarpées, est un village d'une richesse patrimoniale exceptionnelle. Ses maison très typiques, son monument aux morts, ses pigeonniers, ses points de vue, ses sentiers de promenades et des randonnées sans oublier ses falaises et ses rivières qui en font un lieu de prédilection pour les loisirs de plein air et le dépaysement. L'agriculture, l'artisanat, les commerces, la richesse de la vie associative et des loisirs assurent la vie et le renom de cette commune petit certes mais active et prospère.


Les premiers habitants...
Dans un univers primitif dominé par le règne végétal, minéral et animal, l'homme tente de survivre. Pour cela, il trouve un refuge avec les grottes à mi-hauteur des falaises du Comte situées à la confluence des vallées du Céou et de la Dordogne, elles soulignent l'importance du site dans le choix de l'homme.
Des millénaires plus tard...
Par sa situation géographique, contrôlant l'une des principales voies de communication fluviales et terrestres, les paroissiens de Castelnaud furent les premiers témoins d'un passé tumultueux et connurent bien des vicissitudes au cours des siècles dominés par les guerres.
Au XII° siècle, le château avec sont bourg castral apparaissent. Le XIV° siècle, c'est la guerre de Cent Ans où anglais et français se disputent ce site frontière entre deux royaumes. Après la peste de 1348, le XV° siècle est l'annonce d'une paix relative.
Castelnaud devient une place française et un développement démographique et économique s'instaure doucement. La famille de Caumont, seigneur de Castelnaud, bâtit pour y vivre le château des Mirandes (Les Milnades) moins austère que la forteresse. Le XVI° siècle est sous l'influence des guerres de religions. Le XVIII° siècle et sa Révolution française : le château est abandonné, les privilèges sont abolis, les paysans découvrent la liberté.
Les XIX° et XX° siècles agitent l'esprit des hommes : le transport par voies fluviales est supplanté par l'arrivée du chemin de fer. L'industrialisation s'introduit dans le monde rural. L'exode rural et les deux guerres mondiales conduisent à une désertification. Un tournant économique lié au tourisme est pris en 1947 lorsque le château des Milandes est racheté par Joséphine Baker.


PATRIMOINE
Eglise dans le bourg, chapelle des Milandes, église de Fayrac, la croix de la Mission, château de Castelnaud, château des Milandes, château de Lacoste, château de Fayrac, maisons nobles, site des falaises du Comte (30 grottes préhistoriques protégées mais non classées), cales, 3 moulins sur le Céou, cabanes, pigeonniers, fours à pain, calvaires, monument aux morts, fontaines, lavoirs et puits


Superficie : 2 087 ha
Nombre d'habitants : 461


Mr le Maire : Germinal PEIRO
Maire délégué : Georges LARENIE
Adjoints : Daniel DEJEAN, Jacques BODIN et Jean Pierre NADAL
Conseillers : Antoine KLEBER, Guylaine ARNOUIL, Jean Philippe FARFAL, Sylvie LACROIX, Murielle MAGNAC et Marie Françoise ROUBERGUE.


MAIRIE : Ouverte du lundi au vendredi de 9h à 12h30. La Chapelle Péchaud, ouverte le mercredi de 13h30 à16h.
Secrétaire de Mairie : Stéphanie DELPIT
Tél. : 05-53-29-51-21
Fax : 05-53-30-30-69
La Chapelle 05-53-29-40-84


SERVICES ET COMMERCES
Mairie, Ecole primaire, Poste, infirmières, salle polyvalente, campings, gîte d'étape, boulangerie, épicerie, boucherie, restaurants, meublés, pêche, escalade, équitation, canoë, VTT, Maison terre enjeux, écomusée de la Noix, circuits pédestres.